J’ai fait mon Alya en 2010, avec un groupe d’amis. Très vite, j’ai souhaité investir une partie de mes économies dans l’immobilier israélien. En France, malgré des revenus plutôt confortables, je n’avais jamais investi dans l’immobilier.  A la fin des années 90, je m’étais bien intéressé à un 2 pièces à Lyon, mais au fil des discussions avec mon entourage, je me suis découragé « quoi tu vas acheter un appartement dès que tu vas toucher ton premier salaire, tu es fou?! ». Avec du recul j’aurais dû me lancer et écouter mon intuition, mais cela fait partie du jeu, gam zou letova. Bref en France, j’ai raté le coche de l’achat immobilier et je ne voulais surtout pas refaire la même erreur en Israël.

J’ai donc pris le temps d’analyser le processus d’achat et de financement d’un appartement ou d’une maison en Israël…et là j’ai pris conscience d’un fait simple: pour un francophone le système de financement israélien présente des risques financièrement mortels, je dis bien mortels si on ne s’y prend pas correctement. Et manque de chances le système est fait pour que la masse tombe dans un nombre incalculable de panneaux.

Mais le projet d’écrire sur les investissements immobiliers, les crédits et le volet financier de l’Alya et de la vie en Israël est resté en sommeil pendant deux ans. Il y a quelques semaines, j’ai discuté avec un acheteur auquel j’avais expliqué comment échapper aux pièges les plus gros pour le financement de son appartement et là ce fut la goutte d’eau:

  • Cette personne n’a finalement pas suivi mes conseil, bon d’accord on était pas sous contrat :)
  • Mais l’acheteur était très satisfait de son processus d’achat car en apparence il avait fait 11.000 NIS soit 2.200€ d’ économies –> la cela m’a fait tilt car un calcul très simple montre qu’en fait mon ami a perdu au bas mot entre 40.000 et 60.000 NIS soit 8.000 et 12.000 €  sur la totalité de l’opération

Voyant cette personne heureuse de s’être faite plumer je me suis dit qu’il y avait un réel problème et que limiter mes explications à des discussions informelles ne suffisait pas, et qu’il y aurait certainement valeur à rédiger des articles et un ouvrage pratique,  concret et compréhensible par tous – pas seulement par les docteurs en économie ou gestion financière – afin de décrire pas à-pas une approche pour éviter les plus gros écueils dans la démarche d’achat d’un bien immobilier en Israël.  Rien que sur le volet immobilier, éviter les erreurs les plus fréquentes et souvent complètement ignorées des acheteurs – francophones en particulier – permettra à un acheteur donné d’économiser des centaines de milliers de shekels sur sa/ses opérations immobilières.

Téléchargez le livre immédiatement
Comment economiser plus de 50.000 € sur votre prochain achat immobilier en Israel
...c'est le montant moyen d'économie des acheteurs que j'accompagne suivant les conseils de ce livre

We use a wordpress plugin tags, do you as well?